Voyager en étant vegan : mes conseils

Voyager en étant vegan : mes conseils

Contrairement aux idées reçues, c’est facile de voyager en étant vegan ! 

Et non, ça n’empêche pas de profiter de son voyage ! 

Nous, on a nos petites habitudes quand on voyage, que je vous partage dans cet article et dans la vidéo ci-dessous.

AVANT DE PARTIR

1. Les transports

Toutes les compagnies aériennes proposent des menus spécifiques. N’oubliez pas de le réserver au moins 48h avant le départ. Toutes ont un menu vegan. 

Souvent le menu vegan est sous la catégorie « végétarien sans quelque chose » : lisez bien à quoi correspondent les termes utilisés. 

Par contre, c’est beaucoup plus rare qu’il y ait une option vegan pour les encas qui sont distribués pendant les vols et qui ne peuvent pas être changés en ligne ou réservantes à l’avance. Mieux vaut donc se prendre de quoi grignoter dans son bagage à main. 

Vous pouvez faire la même chose dans certains trains en 1ère classe (par exemple l’Eurostar ou le Thalys). 

2. Les applications et sites

A. Happy Cow 

Happy Cow est déployé dans le monde entier et c’est pour cette raison que c’est mon app préférée. D’ailleurs je l’utilise même à Paris ! C’est pour moi l’app la plus complète, la plus exhaustive et la plus pratique. Si vous ne connaissez pas cette app, je vous invite à la télécharger tout de suite ^^ 

Happy Cow est une app qui recense tous les établissements vegan dans le monde ajoutés par la commuanuté : restaurants, pâtisseries, cafés, food trucks, magasins, hôtels … On peut filtrer par vegan / végétarien / options végétariennes. 

C’est une app participative, c’est-à-dire que ce sont les vegan à travers le monde qui rajoutent et qui notent les établissements vegan qui existent. 

D’ailleurs Flo est très investi sur son compte Happy Cow si vous avez envie de le suivre : il note tous les endroits qu’on teste, il rajoute des photos des plats, les menus, et il rajoute les adresses qui ne sont pas encore référencées. 

Si vous allez manger dans un endroit où il n’y a vraiment pas d’options, où c’est vraiment l’endroit le plus compliqué de la terre et que vous n’osez pas vous affirmer, n’hésitez pas à jouer la carte des allergies. Malheureusement, c’est mieux accepté d’avoir des allergies que d’avoir des convictions 🙁

Quoi qu’il en soit, on a voyagé aussi bien dans des grandes villes avec des options partout que des destinations en pleine campagne et on n’est jamais restés sans rien manger, où à manger seulement des frites. On a toujours réussi à avoir des vrais repas, peu importe où on se trouvait. 

On a également eu la surprise de trouver des établissements avec des options vegan dans des endroits qu’on n’aurait pas suspecté : la petite île d’Agistri en Grèce, au lac de Gérardmer dans les Vosges, à Rombas (petite ville de Moselle) … Bref, si on prend la peine de chercher un peu, on trouve. 

B. Foursquare 

Flo utilise aussi l’application Foursquare car avec le filtre végétarien / végétalien, cela permet parfois de trouver des adresses non référencées sur Happy Cow. 

Il s’en sert aussi beaucoup pour les bars. 

3. Blogs, vidéos et hashtags

Une fois qu’on a détecté toutes les adresses qui existent sur Happy Cow, reste à savoir lesquelles sont les best ! 

Pour cela, rien de mieux que de parcourir les blogs et comptes des créateurs de contenus vegan locaux ! Flo aime bien regarder des listes sur Google du type « les 10 meilleurs restaurants vegan de Londres » ou bien « Où manger la meilleure pizza vegan à NY ». Quant à moi, j’adore regarder des vlogs sur Youtube. Je tape « vlog vegan Athènes » par exemple et je regarde ce qu’ont fait les gens, où ils ont mangé… 

J’aime bien jeter également un oeil aux hashtags pour voir ce que font les vegan locaux. 

Par exemple, avant de partir à New-York l’hiver dernier, j’ai checké les hashtags #veganinNY ou #veganinBrooklyn : on peut parfois trouver des idées ou tomber sur des petites pépites qui ne sont pas encore référencées sur Happy Cow. 

Ça peut aussi donner des idées de sorties. Par exemple, c’est grâce à Tiktok qu’on a trouvé le Summit One Vanderbilt à New-York et c’est une expérience qu’on a surkiffée ! 

4. Choisir son logement

C’est en fonction des options qui sont disponibles sur Happy Cow que je vais décider si je réserve un hôtel ou un Airbnb. 

Si je suis dans une ville où il y a beaucoup d’options comme Londres, New-York, Paris, Berlin, Barcelone ou Amsterdam, je vais plutôt regarder les hôtels. Comme il y a énormément d’options pour manger à l’extérieur, je n’ai pas besoin d’avoir un logement avec une cuisine. 

À l’inverse, si je vois qu’il n’y a pas grand chose, je vais plutôt me tourner vers Airbnb et choisir un logement avec une cuisine équipée. De cette façon, je fais les courses en arrivant et je peux cuisiner tranquillement mes repas dans mon Airbnb tout au long de mon séjour. 

Dans n’importe quel supermarché, sur la terre entière, vous trouverez toujours de quoi vous faire un repas vegan : des fruits, des légumes, des céréales, du tofu … 

Évidemment, mon choix peut varier en fonction des prix et des promos que je trouve. Je compare tout pour coller au mieux à mon budget. 

Par exemple, quand on est allés à Londres j’aurais préféré un hôtel mais tout était hors de prix donc je me suis rabattue sur un Airbnb (même si les options vegan grouillent partout dans la ville et qu’on a toujours mangé à l’extérieur). 

Enfin, sachez qu’il existe des hôtels vegan dans lesquels tout est vegan du début à la fin : c’est-à-dire dans l’offre de restauration, mais aussi les matériaux utilisés dans l’hôtel, les produits d’entretien, les produits cosmétiques … 

Nous n’avons encore jamais passé de vacances dans un hôtel vegan. On aurait adoré séjourner au Niki Hotel lors de notre dernier séjour à Athènes mais les nuits étaient trop chères pour nous. 

Pour trouver ces hôtels, je n’ai pas de site ou d’app à vous conseiller car celles qui existent ne sont pas encore suffisamment exhaustives à mon goût. Tapez juste sur Google « vegan hotel » suivi de votre destination et vous trouverez !

SUR PLACE

1. Les supermarchés

Le meilleur moyen de découvrir des spécialités végétales locales c’est d’aller dans les supermarchés ! On adore faire ça quand on est à l’étranger et on se ramène toujours quelques produits à goûter une fois rentrés à la maison : des fromages végétaux, des simili, des biscuits, des pâtes à tartiner, des barres de céréales, du jerky … Si notre temps de trajet n’est pas trop long, on se permet même de prendre quelques produits frais (Londres – Paris par exemple, c’est ok). 

Certains magasins ont un assortiment vegan plus fourni que d’autres donc on essaie de visiter plusieurs enseignes différentes, des grandes surfaces, des petits supermarchés, des magasins bio … 

Notez que les magasins vegan sont référencés sur Happy Cow ! 

2. Choisir des activités qui n’impliquent pas l’exploitation des animaux

On parle souvent de l’alimentation mais il y a bien d’autres choses qu’on fait parfois sans se poser de questions et certains loisirs sont tout simplement cruels. 

Par exemple : aller au zoo, dans des aquariums, au SeaWorld ou Marineland, faire des balades en calèche, aller au cirque… Selon les pays, on retrouve des activités comme des balades à dos d’éléphants, ou même l’observation de fauves à moitié anesthésiés de très près. 

N’oublions pas que certains des animaux sont arrachés à leur habitat naturel et obligés de vivre dans de minuscules cages ou enclos. Ils sont parfois forcés de faire des numéros pour amuser le public. 

Ces animaux souffrent dans les zoos, les aquariums, les cirques … Au lieu d’explorer leur vaste habitat naturel, ils sont confinés dans des bassins en verre ou des cages où ils sont constamment exposés à des lumières artificielles, à du bruit et à la foule, ce qui les empêche d’exprimer leur comportement naturel.

Ces établissements (zoos, aquariums …) essaient de nous faire croire qu’ils veulent du bien aux animaux et qu’ils sont bien traités. Rappelons-nous qu’ils ont été pour la majorité capturés dans la nature (souvent de manière violente et traumatisante pour eux), arrachés à leur mère/famille/enfants et transportés parfois sur des milliers de kilomètres. D’ailleurs, nombreux sont ceux qui meurent pendant ce trajet. 

Quelques sources à lire

3. Voyager avec des personnes non vegan

Etre vegan en voyage
Etre vegan en voyage

Vous allez être nombreux.ses à penser que c’est facile pour nous parce que nous sommes vegan tous les deux. Mais j’ai aussi voyagé avec d’autres personnes. 

Avant la pandémie, j’avais un petit rituel avec mes amies Anouk et Momo : chaque année, on s’offrait un beau voyage. Ensemble, on est parties en Australie, à la Réunion, en Guadeloupe … 

Momo et Anouk ne sont pas vegan, pourtant, j’ai toujours réussi à manger vegan partout où on est allées. Bien sûr, selon les lieux, c’était soit au restau, soit dans notre logement où l’on cuisinait nous même. 

Mon véganisme n’a posé aucun problème parce qu’Anouk et Momo sont de vraies amies qui ont pris le temps de m’écouter, qui ont compris mes convictions et qui les ont toujours respectées. Elles n’ont jamais eu un mot déplacé à ce sujet, je n’ai jamais eu à subir de blagues lourdes de leur part, et elles ne m’ont jamais fait me sentir embêtante ou levé les yeux au ciel s’il fallait marcher un peu plus pour rejoindre un restau vegan. Je n’ai jamais eu à subir de pression de leur part. 

A chacun de nos voyages, j’étais chargée de choisir les restaus et je faisais le final check quand on faisait nos courses. 

Après ces voyages, j’ai compris ce qu’était l’amitié. J’ai compris que je n’ai pas à subir les reproches et les blagues lourdes des personnes qui ne cherchent pas à comprendre mes valeurs. Ce genre de relations superficielles ne m’apportent rien de positif. Elles ont seulement le mérite de m’aider à reconnaitre mes vrais amis. 

Pour moi, voyager avec des personnes non vegan ne devrait poser aucun problème, à condition que ces personnes nous respectent et nous aiment réellement pour qui nous sommes. 

Cet article vous est utile ? Épinglez-le sur Pinterest ! 

Voyager en étant vegan

La publication a un commentaire

  1. Kamés

    Les Vosges c’est challenge 😀 Je note qu’il y a une option au lac de Gerardmer.

Laisser un commentaire